Un fondateur


L’Homme

Catégorie Un fondateur.
Publié le 4 septembre 2005
Mise à jour le lundi 7 avril 2008

D
U Père Timon-David émane, à toutes les époques de sa vie, une très grande distinction, que l’on pourrait qualifier d’aristocratique. Il l’a emportée de ses origines familiales ; il la gardera toute sa vie et tâchera de la faire partager à ses jeunes ouvriers. Le respect qu’il a pour les jeunes est une des formes du respect qu’il a de lui-même. Toute sa vie il leur transmettra ce que lui-même a reçu et met en pratique : respect, correction dans la tenue et le langage, propreté politesse, bonnes manières ; tout ce qui révèle une éducation humaine soignée.

Il est d’une intelligence remarquable. Non une intelligence d’intellectuel, mais une intelligence pratique. Intelligence à la fois vive et intuitive, ce qui lui sera d’un grand secours dans son ministère d’éducateur. Cette intelligence le rend curieux de tout ce qui peut lui être utile à sa propre instruction et sa propre sanctification mais aussi, et même surtout, utile à l’éducation des jeunes. Il dévore les livres et les articles de journaux, plume à la main pour les diffuser ou pour les critiquer. Son intelligence pratique et son souci de servir les jeunes feront de lui un administrateur remarquable, soucieux du détail et du travail bien fait ; un gestionnaire organisé et méticuleux qui sait se transformer en comptable, en architecte.

Il est observateur de tout, choses, évènements, hommes. Son observation est fine, profonde, exacte. Cet esprit d’observation est le principe de l’intuition psychologique qui fera de lui un éducateur remarquable.

Son imagination est grande et vive. Elle lui permettra d’oser entreprendre, même si la réflexion et la prudence seront toujours là pour orienter calmement.

Dès son enfance il a toujours eu horreur de l’injustice. Il aime pratiquer la justice ; c’est un homme droit ; un homme de parole qui ne peut concevoir de vivre que dans le respect de la parole donnée. Il est fait de droiture, de franchise et de loyauté. Il est un homme d’honneur. Il sait être homme de bonne compagnie ; il a la parole facile ;il sait faire partager ses opinions, sa conversation est passionnante.

C’est un homme à la fois sensible et vif, au cœur fait pour aimer et être aimé. Il veut faire plaisir ; il veut surtout faire du bien. Et la volonté s’unit chez lui à une générosité que rien ne peut arrêter, ni les ingratitudes, ni les malveillances, ni le manque de reconnaissance. Sa sagesse était faite de pardons et d’oublis généreux.

« C’était un gentilhomme » disait de lui quelqu’un de son vivant. Toutes ces qualités il les a mis au service de son ministère de Père de Jeunesse.